Rôles et intérêts du cheval

En équithérapie, la relation est tripartite : elle s'établit entre le patient, le thérapeute et le cheval. Ce dernier va jouer un rôle d'interface, de médiateur thérapeutique. Il va faciliter la communication entre la personne en demande et le professionnel. Le cheval étant une proie dans la nature, il est capable d'analyser très finement son environnement et ses sens sont très développés. De ce fait, il va pouvoir décoder et analyser de manière précise les émotions et les changements physiologiques et comportementaux qui s'opèrent chez la personne (le cheval est notamment en mesure de percevoir notre rythme cardiaque, respiratoire et nos odeurs). Le thérapeute va mettre du sens sur les réactions du cheval afin d'aider le patient à analyser son propre comportement et à évoluer. 

Tout comme l'homme, le cheval est un être social et émotionnel. Il va établir avec l'Homme une relation basée sur une communication archaïque, non-verbale. Il est impossible de tricher avec lui et il va toujours répondre de façon authentique. Les personnes vont rapidement se sentir en confiance auprès de cet être non-jugeant et rassurant. Son pelage doux et chaud, ainsi que sa douceur et sa sensibilité, vont en faire un animal apaisant, maternant et digne d'intérêt et de soin. Outre cet aspect, le cheval peut également permettre, de par sa grandeur et sa puissance, de poser un cadre plus contenant et plus respecté. 

Contrairement à d'autres animaux, tels que le chien, le cheval est non intrusif. La personne peut alors rentrer en contact avec lui à son rythme. De plus, le cheval est un des rares animaux de thérapie capable de porter quelqu'un, ce qui peut avoir de nombreux bénéfices sur le plan de la motricité, notamment au niveau de l'équilibre (renforcement des muscles profonds).

Le cheval constitue une véritable motivation, un véritable moteur au changement. Il va être propice aux apprentissages (moteurs, cognitifs, sociaux...) sans que la personne n'ait l'impression d'avoir trop d'efforts à fournir. Grâce à la présence du cheval, le cadre est moins formel et plus ludique. De ce fait, le patient se sent moins soumis au regard et à l'évaluation du thérapeute et ressent donc le cadre thérapeutique instauré comme moins stressant que dans un bureau. 

Bienfaits du cheval et de l'équithérapie

Le cadre de l'équithérapie va se rapprocher d'un contexte écologique, c'est à dire de conditions s'approchant au mieux de celles de la vie quotidienne. De fait, nous pourrons observer des performances au plus près des capacités réelles des personnes. Les exercices proposés ainsi que la présence même du cheval vont être propices à de nombreux apprentissages, de par les stimulations sensorielles, motrices et cognitives qu'ils vont procurer. De plus, le cheval va faire émerger des émotions chez la personne, ce qui va permettre de mieux fixer les apprentissages.

 

L'équithérapie va avoir de nombreux bienfaits :

* Réinvestissement de l'extérieur, remise en action.

* Développement ou maintien des différentes capacités cognitives.

* Développement ou maintien des capacités motrices (tonus, posture, équilibre, préhension...).

* Stimulation multisensorielle.

* Meilleure gestion des émotions.

* Augmentation des ressentis positifs et diminution des ressentis négatifs. 

* Amélioration de l'estime de soi, revalorisation : la personne renoue avec ses capacités de décision et redevient actrice. 

* Diminution des troubles du comportement : agressivité, opposition, apathie, troubles du sommeil... 

* Rupture du sentiment d'isolement. 

Cette liste est non exhaustive ! 

 
 
 

© 2019 Audrey QUENTIN

  • Facebook